Les secundo-accédants, de retour sur le marché immobilier

marche immobilier

Dans son dernier Observatoire du financement des biens immobiliers, Crédit Logement révèle le retour des secundo-accédants sur le marché résidentiel. Le phénomène nous fait voir le verre à moitié plein car, si les Français restent réticents à souscrire un crédit immobilier dans cette période, le marché ne tombe pas dans l’immobilisme.

En effet, ce sont les statistiques qui montrent la sortie de l’invisibilité de cette catégorie de vendeurs et d’acquéreurs. Le mouvement est illustré par le nombre de prêts relais souscrits par les propriétaires souhaitant vendre leur bien pour en racheter un autre.

La croissance des revenus a contribué à faciliter l’accession à la propriété. Les propriétaires assument plus aisément le double rôle de vendeurs et acquéreurs grâce à une situation financière meilleure. Sur le marché du neuf, 17,1% des acquéreurs avaient au second semestre un salaire supérieur à cinq smic (le smic est de 8,86 euros par heure). Dans la même période de l’an dernier, le pourcentage était de 17,1%. Dans l’ancien, le même remous: 14,4% des acheteurs gagnent actuellement l’équivalent de quatre à cinq smic contre 14%.

Tel que signalé par les spécialistes, le mouvement a aussi une explication socio-professionnelle. On observe une progression dans l’ancien, où la part des cadres et des professions libérales est de 49,3% contre 48,3% en 2015. On prend note aussi que les plus de 35 ans qui achètent des logements sont passés de 47,7% en 2015 à 50,7% en 2016.

Le dégel total du marché reste quand-même improbable. La hausse des prix de 140% depuis 1990 contre une croissance des salaires de seulement 45%, a abouti à la stagnation. Le milieu macroéconomique instable décourage aussi la relance en force du crédit immobilier et des transactions sur le marché immobilier.